Café Pouchkine

Il fait un temps gris, pluvieux et froid à Paris. Le mois de janvier est toujours un peu étrange et nous invite à rester au chaud et prendre refuge sous la couette. Mais pour combattre la grisaille, il faut sortir de chez soi, et il n’y a rien de plus délicieux qu’un petit moment de détente dans un bel endroit avec une tasse de thé chaud parfumé et un bon livre. Bienvenus chez Café Pouchkin Paris.

Dans un style d’aristocratie russe, le café Pouchkine est une belle adresse pour partager un moment gourmand, ou tout simplement pour prendre le temps d’un café. J’aime beaucoup le décor ainsi que les beaux escaliers éclairés par les miroirs et les dorures. 
Le coin boutique est vraiment très beau également et invite terriblement à la gourmandise. Cet hiver, Masha et Micha deviennent des délicieux desserts à croquer avec les enfants : crémeux nougat et poire au miel caramélisé ou Crème et bavarois fruits rouges acidulés.
Personnellement, je craque pour Le César au miel : confit d’abricot, ganache montée au miel, biscuit madeleine et bavaroise au miel orné d’une feuille d’or… Impérial jusqu’au bout ! 
J’aime beaucoup le coin bibliothèque, loin du passage, et entouré de vieux livres russes.
« Il y a autant de façons d’aimer qu’il y a de coeurs »- Anna Karénina, Tolstoï
Tolstoi était un homme aux sentiments complexes, mêlant amour impossible à amour foudroyant. En ce moment, je relis Anna Karérine, et c’est peut-être pour cette raison que j’aime me retrouver dans ce décor russe. Il faut savoir qu’Anna Karénine de Tolstï est à l’origine un ouvrage du poète/romancier Alexandre Pouchkine issu d’une famille de noblesse russe. Et que ce café est né en réalité d’une chanson aimé de Gilbert Bécaud – Nathalie

♪♫

La place Rouge était vide
Devant moi marchait Nathalie
Il avait un joli nom, mon guide
Nathalie

La place Rouge était blanche
La neige faisait un tapis
Et je suivais par ce froid dimanche
Nathalie
Elle parlait en phrases sobres
De la révolution d’octobre
Je pensais déjà
Qu’après le tombeau de Lénine
On irait au Café Pouchkine
Boire un chocolat…

Il y a des ouvrages, des grand classiques que j’aime reprendre de temps en temps. Anna Karénine en fait partie, mais une chose est sûre, jamais je m’imposerai à nouveau la souffrance de lire Guerre et Paix, le plus grand ouvrage de Tolstoï et le livre le plus pénible que j’ai jamais lu. Je n’ai pas cette sensibilité humaine du désir contradictoire du plaisir de la guerre vs une existence noble et mondaine. 

« Je t’aime, et t’ai toujours aimé; quand on aime ainsi une personne, on l’aime telle qu’elle est et non telle qu’on la voudrait. » – Anna Karénina, Tolstoï

J’espère que cette adresse d’hiver vous fera voyager dans le temps.

 

Publié par

French blogger. From Paris with love.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.