LA COLERE

Medusa – Caravaggio

– III-

LA COLERE

“Il n’y a pas de haine aussi terrible que celle dont l’origine est de l’amour gâté”.
– Alphonse Karr-

 

Saviez-vous qu’un « cœur brisé » équivaut cliniquement à une déchirure type un infarctus ?

Sachez que « le cœur brisé » se soigne chez le médecin. Votre généraliste pourra vous prescrire un antidouleur (doliparane 3 fois par jour) et un léger somnifère si vous n’arrivez plus à dormir le soir. Mon généraliste a ajouté un shot de Rhum à la fin de la journée, mais lui et moi partageons une passion pour les grands rhums. Merci Doc d’avoir pris mon chagrin très au sérieux, ainsi que pour les heures de papotage en fin de journée.

Mais que se passe-t-il une fois que la douleur passe et qu’il ne reste plus des larmes à verser ?

Quand l’état de choc, le déni, la peur et la tristesse s’envolent ?

Et bien, la colère s’installe.

De l’amour au désamour, de la douleur à la colère… D’un « Je t’aime » au « Je t’haine ».

Il n’y a que le sentiment d’ haine qui puisse être aussi fort que le sentiment d’amour.

Il faut beaucoup d’amour pour hainer quelqu’un .

Cette colère ne s’adresse pas seulement à lui, elle va aussi vers moi. Car je me rends compte aujourd’hui que de toute façon, il n’est que le résultat d’un mariage déchu et d’un grand mal être en moi ; je me rends compte que je devais être trop mal aimée et brisée pour tomber amoureuse d’un homme comme lui.

Je suis en colère avec moi-même d’avoir aimé un salaud égoïste et inconsciemment d’avoir essayé de reproduire le même schéma d’abandon.

Cette colère est intense et tellement puissante qu’elle pourrait me détruire.

Alors, que faire quand une telle colère nous envahit ?

Personnellement, je n’adhère pas à ce type de sentiments. Je trouve la haine et la colère trop « dévoratrices ». Elles nous rongent de l’intérieur et elles sont capables de nous consommer et de nous faire sombrer dans l’autodestruction. Les gens font des folies dans l’état de colère, et parfois se laissent aller jusqu’aux crimes passionnels. Je pourrais imaginer des scénarios dignes de Dexter !

Mais il faut laisser place à ce sentiment. Il faut le laisser sortir et se donner le droit et la permission de le vivre sans pour autant le laisser nous détruire. Il faut l’évacuer de son corps et de son esprit !

Avant je courrais ; je mettais mes baskets et je faisais 45 minutes de footing intense, pour finir avec 3 minutes de Sprint qui me déchiraient les mollets. Ca marchait bien, je me dopais à l’endorphine et ça dissipait ma colère. Puis j’ai commencé à alterner footing et salle de sport. Au bout d’un certain temps, j’ai intégré un cours de cardio-box et pendant un moment cela suffisait à me fatiguer et canaliser ma colère.

Mais là, après cette rupture, ma colère était trop grande, trop intense, trop tangible… Je ne savais plus comment la gérer et je la sentais monter de plus en plus… J’avais peur qu’elle me dévore.

Le problème avec une femme comme moi, c’est que je cumule une sorte de colère passive pendant longtemps et puis un jour, j’explose, et là, c’est le drame !

J’ai donc, refait un peu de méditation et quelques postures de yoga pendant l’été… Mais ça ne marchait pas vraiment. Sortir et faire la fête n’ont jamais été une solution pour moi. Il fallait trouver plus fort, plus intense… Ou bien aller lui frapper la tronche !?

Alors, je me suis dit voilà ! J’ai envie de le frapper !!! Et bim ! Naaaan lol !!!

Je reste à mon plus grand regret une vraie lady, et j’ai horreur de tout ça… Même si je pourrais le faire dans une situation extrême !

J’ai donc commencé la boxe pour canaliser cette colère. Mon coach m’a beaucoup aidé à respirer, à retrouver la concentration, à me recentrer et bien évidemment à taper « sur lui ». Oui, deux fois par semaine, j’ai le droit d’imaginer sa tronche pendant 2 minutes et taper des toutes mes forces !

Et oh là là, que cela fait du bien de lui péter la gueule !!!

Même si ce n’est que dans ma tête : je lui défonce la figure !

Euuhhhh, je vous avais dit que j’étais en colère, n’est-ce pas ? lol

Bref, en tout cas je vais mieux ! Je me suis servie de mes cours de boxe pour canaliser ma colère et me reconstruire. Ensuite, je me suis concentrée sur l’essentiel : mes enfants et mon travail.

Si vous ressentez une telle colère, trouvez une façon de l’évacuer. Il ne faut pas se laisser consommer par les sentiments de rage. Trouvez un sport, une discipline et donnez vous des objectifs qui vous poussent à vous dépasser… Il faut aller toujours de l’avant !

Courage, ce ne sera pas facile. Mais une fois le chagrin passé et la colère décimée, il ne restera que l’indifférence envers lui. Et ce sera un merveilleux sentiment nouveau ; le sentiment de tourner la page.

 

On se guérit d’aimer comme de haïr.“
– Victor Hugo –

 

 

 

 

 

Publié par

French blogger. From Paris with love.

4 commentaires sur « LA COLERE »

  1. Certains hommes ne méritent même pas un sentiment de colère à leur égard; J’étais en « relation » avec F. de Paris depuis 4 ans, j’ai mis fin à cette relation à distance cet été après son départ, il venait chaque année chez moi autour du 15 Aout durant la Féria dans le sud de la France, cette année fut l’année de trop…après la colère l’indifférence . Peut être que nos erreurs définissent notre destin . C’est ca dans la vie, il y a des rencontres qui ne devraient rester que des rencontres . Bonne continuation …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.