LA FORCE

La naissance de venus –  Botticelli

– II –

LA FORCE

«  Les faiblesses des hommes font la force des femmes » – Voltaire

Ces derniers trois ans, j’ai vécu probablement un condensé de 3 différentes « catastrophes naturelles ». Trois forces différentes et complètement dévastatrices… Trois catastrophes émotionnelles auxquelles j’ai dû faire face, auxquelles j’ai survécu, et dont j’en suis ressortie moi-même modifiée, différente mais résolument plus forte que jamais.

– Le Séisme –

La destruction.

Dès le début on sait qu’on habite sur un terrain instable et qu’un tremblement de terre arrivera un jour inévitablement. Mais on n’imagine pas vraiment la violence et la destruction… Le séisme arrive petit à petit et devient violent soudainement… Et là, c’est la catastrophe sur l’échelle de Richter.

Tout tremble, le sol s’ouvre, et tous les ciments s’écroulent. On se protège de son mieux, mais tout ce que nous avons construit pendant des années est complètement démoli en si peu de temps. Certes, il reste des ruines, qqs murs et des fondations solides, mais il faudra tout reconstruire.

Il faudra des mois pour enlever les décombres, pour faire le tri et pour guérir. On sait que se sera long mais on sait également qu’il reste des bases pour pouvoir reconstruire. Dans quelque temps, on reconstruit une nouvelle vie.

 

– La Tempête –

La remise en question.

 La tempête, l’orage, l’ouragan… Quelle violence ! On la voit venir, on sait qu’elle arrive, on se prépare du mieux possible, mais la tempête fera table rase sur son passage. Tout sera balayé de surface !

On fait instinctivement comme les animaux et on prend refuge sous terre. On se cache et on se protège du mieux possible. On protège ses petits et on les serre fort dans ses bras en attendant que le vent souffle moins fort. De toutes façons, il faudra juste attendre que la tempête passe et que le soleil revienne.

De cette tempête, il restera un sacré bordel, le chaos et beaucoup de confusion. On est comme étourdi et déboussolé. Il faudra retrouver le calme et la sérénité petit à petit, et prendre les choses avec patience pour tout ranger et réparer les dégâts.

 

 – Le Tsunami –

 Le cœur brisé.

C’est la pire des catastrophes ! La plus ignoble et la plus difficile à surmonter. Le Tsunami, on ne le voit pas venir. Il arrive d’un coup, il vous engloutit, vous empêche de respirer, et vous traîne dans les profondeurs de l’océan. Il vous plonge dans les recoins les plus obscurs et vous noie sans pitié. Mourir serait presque inévitable.

Mais il faut se battre, nager de toutes ses forces, aller contre le courant qui vous plonge, et sortir la tête de l’eau… Il faut survivre ! Respirer devient une nécessité essentielle et cette première gorgée d’air sera comme un nouveau souffle de vie.

On renaît des profondeurs les plus noires de l’océan. On revient sur sa plage à bout de force, mais avec l’esprit lucide, et la certitude d’avoir survécu au pire ! On respire, et avec chaque inspiration on reprend des forces.

Puis il y a comme un vide… Car sur votre plage, il ne reste plus rien. Tout est parti au fond de l’océan. Il y a comme une tranquillité qui fait très mal… Et la solitude s’installe. Tout est fini, mais il ne reste plus rien… Le vide.

Et puis ? Que se passe-t-il quand on a survécu au pire ? Quand on a fait face à l’écroulement de son mariage, quand on a tout remis et question et tout recommencé, quand on a était mal aimée et abandonnée ? Quand on n’est plus aimé par l’autre ?  Quand on a fait face au vide et à la solitude ?

 

Que devient une femme qui a vécu ceci ?

 

 – Le Volcan –

Et bien, elle se lève, elle sèche ses larmes, respire profondément et continue sa vie. Oui, elle trouve la force nécessaire pour reconstruire sa vie à elle toute seule. Elle se grandit, elle prend de la hauteur, elle devient plus forte, elle se protège et ses fondations se solidifient.

Le vide et la solitude disparaissent petit à petit. Elle apprend à être seule, mais plus avec le sentiment de solitude. Elle vie bien dans son calme et avec soi-même.

Que la terre tremble, que le vent souffle, que les océans essayent de l’engloutir… C’est déjà fait, elle y a survécu ! Maintenant elle est beaucoup trop forte et inatteignable, elle est devenue une grande montagne.

Une montagne remplie d’amour et de colère. Une montagne posée et forte. Son intérieur est rempli comme un volcan qui sera parfois au calme et parfois en ébullition. Un volcan né du chaos, de l’amour et du désamour, résolument plus fort, imposant, prêt à exploser si besoin. Un volcan d’une beauté effrayante et saisissante… La plus grande force de la nature. … Une femme forte.  

 

Merci à toutes les belles personnes qui m’ont aidé, aimé, et accompagné cette année.

Je suis plus forte aussi grâce à vous.

 

 

Publié par

French blogger. From Paris with love.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.